Logo ENAP
Connexion

19 nov. 2019 La CREVAJ dévoile une nouvelle série de résultats sur le devenir des jeunes placés sous la protection de la DPJ et réclame davantage de mesures d'accompagnement

Le partenariat Étude longitudinale sur le devenir des jeunes placé(e)s (EDJeP) dirigé par la Chaire de recherche du Canada sur l'évaluation des actions publiques à l'égard des jeunes et des populations vulnérables (CREVAJ) de l'École nationale d'administration publique (ENAP) a tenu une conférence de presse aujourd'hui afin de faire connaître les résultats de sa grande étude sur le futur des jeunes placé(e)s au Québec.

Ces résultats sur la réalité de l’itinérance des jeunes placés sous la protection de la DPJ pointent des enjeux systémiques : si dès la sortie du placement, à l’âge de 18 ans, la moitié des jeunes sont stables sur le plan résidentiel, 20 % d’entre eux ont vécu une itinérance visible et près d’un tiers des jeunes sont toujours dans une situation très instable. De plus, cette instabilité augmente les difficultés personnelles, sociales et éducationnelles auxquelles ces jeunes font déjà face.

Selon Martin Goyette, professeur à l’ENAP et chercheur responsable d’EDJeP, « On savait déjà que 50 % des jeunes de la rue avaient un passé de DPJ. Mais de quantifier l’inverse, combien de jeunes de la DPJ ont vécu de l’itinérance, c’est la première fois qu’on peut présenter de telles données ».

Le professeur Goyette a souligné que ces résultats troublants concordent avec les témoignages des organismes partenaires de l’Étude et des jeunes eux-mêmes. C’est pourquoi, conjointement avec ces derniers, il réclame la mise en place de mesures d’accompagnement et d’un filet de sécurité pour soutenir davantage ces jeunes et de prévenir leur passage dans l’itinérance.

 

Pour lire le communiqué de presse

Pour accéder à l’article dans La Presse

Pour lire les résultats de la recherche